Fonctionnement de la sexualité masculine et de la fonction érectile

Publié par Ludovic le 8 juin 2023
orgasme masculin et importance d'une libido épanouie 2008 vues

Avec l'âge, certains désagréments peuvent venir troubler le bon fonctionnement de la sexualité des hommes : problèmes d'érection, baisse du désir sexuel. Ces déconvenues empêchent d'avoir une vie intime épanouissante et ont un impact sur le niveau de confiance des hommes sujets à ces troubles quotidiens.

Découvrons les dessous de la sexualité masculine et les solutions qui permettent de stimuler la virilité de façon naturelle et non-invasive.

Comprendre le fonctionnement de la sexualité masculine

La fonction sexuelle masculine se produit en réponse à une stimulation sexuelle adéquate de l'individu. Elle se caractérise par l'obtention et le maintien d'une érection pénienne, l'émission de sperme, l'éjaculation et l'orgasme, permettant ainsi des rapports sexuels satisfaisants pour l'homme et sa partenaire.

Pour que tout cela se produise, il faut que les mécanismes vasculaires, neurologiques, hormonaux et psychologiques fonctionnent, individuellement et de manière synchrone, de façon normale.

La détérioration de l'une de ces fonctions produira une altération de l'une des phases de la réponse sexuelle masculine, qui est une séquence de phénomènes physiologiques, ou de la fonction sexuelle partielle ou complète. Ceci peut avoir un impact significatif sur la qualité de vie du patient, de sa partenaire et de son environnement familial.

La dysfonction érectile se définit comme l'incapacité constante ou récurrente d'un homme à obtenir et/ou maintenir une érection pénienne suffisante pour la performance sexuelle. Elle revêt une importance particulière qu'il est important de bien mesurer.

L'orgasme masculin : du désir à la phase réfractaire

Dans les faits, la physiologie de l'orgasme masculin présente plus de similitudes que l'on pourrait le croire avec l'orgasme féminin, mais elle a aussi ses propres particularités. Par conséquent, la connaissance de ce processus et de nous-mêmes nous aide à prévenir les difficultés qui peuvent survenir dans la sphère sexuelle, comme l'anorgasmie et l'éjaculation précoce.

Même si l'orgasme et l'éjaculation vont souvent de pair, il faut toutefois se rappeler qu'il s'agit de concepts différents. Il en va de même pour la façon dont nous gérons nos propres difficultés en matière de sexualité.

Physiologie de l'orgasme masculin

L'orgasme est la réponse du corps après une période d'excitation lors d'un rapport sexuel, qui produit une grande tension corporelle et certaines manifestations physiologiques. La vérité est qu'il n'existe pas un seul type d'orgasme, car chaque personne en fait l'expérience à sa manière ; par conséquent, il n'y a pas d'orgasme, mais plutôt des orgasmes, au pluriel.

Malgré cela, toutes les études reconnaissent qu'il existe différentes étapes dans la physiologie de l'orgasme masculin qui coïncident, à leur tour, avec celles de l'orgasme féminin, bien que leurs manifestations ne soient pas identiques chez les deux sexes. Procédons maintenant à leur énumération.

Phase de désir

Cette phase n'est pas couverte par toutes les études, mais il faut tenir compte du fait que l'éveil est activé par une phase préalable de désir. Bien que cette étape ne présente pas de symptômes extérieurs, on note que le corps commence à s'activer, ce qui peut être dû à une simple pensée ou à un contact physique.

Phase d'éveil

On peut dire qu'il s'agit de la première phase, car c'est là que les principales sensations commencent à apparaître : euphorie, augmentation de la vasocongestion qui provoque l'érection du pénis, respiration plus agitée, rythme cardiaque accéléré, bouffées de chaleur... Dans la physiologie de l'orgasme masculin, c'est lors de cette phase que les changements commencent à devenir évidents.

Phase de plateau

Les sensations de la phase d'excitation s'élargissent, le pouls et la tension musculaire augmentent, les testicules grossissent et se rapprochent du corps. À ce moment-là, les hommes souffrant de difficultés érectiles ont l'impression que le pénis n'atteint pas sa taille maximale ou que l'érection est réduite.

L'orgasme

Sans doute la phase la plus courte de la physiologie de l'orgasme masculin. La respiration et les pulsations atteignent leur apogée, et c'est le moment où la tension accumulée lors de l'étape précédente est libérée.

À ce stade, le cerveau sécrète trois neurotransmetteurs : la dopamine, l'ocytocine et la sérotonine. Tout cela déclenche des contractions involontaires, qui sont perçues subjectivement, et une contraction des vésicules séminales se produit, qui fait que le sperme atteint la base de l'urètre.

C'est le point de non-retour, lorsque l'éjaculation ne peut plus être contrôlée et qu'elle est inévitable. Les contractions atteignent l'urètre et le pénis, provoquant l'éjaculation du sperme. Chez les hommes, ce phénomène éjaculatoire est lié à l'orgasme, bien qu'il ne fasse pas partie de l'orgasme lui-même.

Phase réfractaire

Rapidement après l'orgasme, le corps retourne à son état initial et une période réfractaire se produit. Les hommes doivent alors attendre un certain temps (entre quelques minutes et plusieurs heures, selon l'âge) avant de pouvoir entamer ou répéter, à nouveau, le processus.

Changements physiologiques associés à la réponse sexuelle masculine

Dans la physiologie de l'orgasme masculin, il est important de se rappeler qu'en plus de la réponse physique, il y a aussi l'expérience personnelle, qui donne à chaque orgasme sa propre signification.

C'est pourquoi nous devons garder à l'esprit que, lorsque nous parlons de sexualité, nous parlons de la diversité humaine. La réponse émotionnelle de chaque homme est unique, tout comme les sensations qu'il éprouve.

Cependant, il peut y avoir plus de similitudes dans les changements physiologiques. Comme mentionné précédemment, il y a une augmentation du rythme cardiaque, de la pression sanguine, de la respiration, des bouffées de chaleur corporelle... etc.

Zoom sur l'érection et l'éjaculation masculine

Bien que l'érection et l'éjaculation ne fassent pas directement partie de la physiologie de l'orgasme masculin, elles y sont étroitement liées. Il faut donc en tenir compte.

L'érection

L'orgasme n'existe pas sans excitation. En fait, on peut dire qu'il pourrait s'agir d'une excitation prolongée, mais il est également vrai que, sans érection, l'orgasme est compliqué.

L'érection est un processus neurovasculaire produit par différents facteurs psychologiques avec la participation de certaines hormones. La libération de neurotransmetteurs provoque une augmentation du flux sanguin vers le pénis, tout en facilitant le remplissage et l'expansion du système sinusoïdal (dont la vocation est de produire et maintenir le flux sanguin).

Il existe trois raisons principales pour lesquelles une érection peut survenir : par des fantasmes ou des stimuli visuels, par une stimulation corporelle, ou aussi pendant le sommeil paradoxal de façon sporadique.

L'éjaculation

C'est la principale conséquence du déclenchement de l'orgasme dans la physiologie de l'orgasme masculin. Le corps humain possède des récepteurs de sensations dans l'ensemble du corps, à divers degrés de densité selon les zones concernées. Au niveau du gland, ils sont particulièrement concentrés.

Par la stimulation de ces zones sensibles, des sensations agréables sont envoyées au cerveau - une fois atteint un certain seuil de stimulation, ce dernier active un signal par la moelle épinière qui déclenche l'éjaculation.

Ce moment se produit généralement en même temps que l'orgasme chez l'homme, bien que l'on puisse techniquement décorréler les deux événements l'un de l'autre.

Dysfonction érectile : causes et symptômes

Comme d'autres fonctions physiologiques, la réponse sexuelle masculine subit des modifications et des altérations normales à tout âge. Cela est d'autant plus vrai une fois le cap des 40 ans dépassé.

En outre, les habitudes de vie et les comportements des intéressés, associés à d'éventuelles pathologies organiques et psychologiques peuvent affecter la fonction érectile masculine.

Le facteur de l'âge

Il faut aussi noter que chez les personnes d'âge mûr, on observe une diminution de la sécrétion de l'hormone sexuelle masculine : la testostérone. Ainsi, chez environ 39 % des hommes âgés de 45 à 85 ans, cette situation s'accompagne d'altérations qui peuvent se traduisent de plusieurs façons : diminution de la libido, altérations de l'érection (qui devient moins fréquente et moins intense), nécessité de niveaux de stimulation plus élevés pour obtenir et maintenir cette dernière.

Il peut également y avoir une diminution de la quantité et de la qualité du sperme, accompagnée d'éjaculations parfois moins agréables, avec des épisodes d'orgasmes brefs et moins intenses.

Les troubles de l'éjaculation : éjaculation précoce ou prématurée, absence d'éjaculation, éjaculation retardée, éjaculation douloureuse, ... sont également très fréquents. Ils doivent être étudiés de manière adéquate afin de déboucher sur un traitement adapté.

Autres causes de dysfonctionnements sexuels chez les hommes

Selon certaines études, on estime qu'environ 31 % des hommes âgés de 18 à 59 ans présentent certains symptômes de dysfonctionnement sexuel, et que 52 % des hommes âgés de 40 à 70 ans souffrent d'un certain degré de dysfonctionnement érectile à proprement parler.

Ces désagréments peuvent être liés à d'autres pathologies, ou même à certains effets secondaire de leurs traitements : hypertension artérielle, altérations métaboliques telles que le diabète sucré, utilisation de vasodilatateurs, médicaments pour compenser une maladie cardiaque, obésité, sédentarité, tabagisme et consommation de drogues, entre autres.

Les symptômes de la dysfonction érectile peuvent être les suivants :

  • Difficultés à avoir une érection
  • Problèmes pour maintenir une érection
  • Diminution du désir sexuel

En guise de conclusion

Cet article est un peu technique et un peu ardu même sur certains aspects. Nous nous en excusons. La plupart de nos autres articles seront largement plus digests. Toutefois, il nous paraissait important de poser le sujet de l'orgasme masculin et ses dysfonctionnements de manière sérieuse. La raison en est simple. Il s'agit d'un sujet sérieux.

La baisse de libido et les troubles érectiles peuvent avoir un impact crucial sur la vie de couple et le niveau de confiance en soi de l'homme sujet à ces difficultés intimes. Il faut en avoir conscience pour agir de manière appropriée en cas de difficultés et ne pas se sentir isolé.

Vous êtes peut-être préoccupé par vos érections ou vous rencontrez d'autres problèmes sexuels, tels qu'un dysfonctionnement éjaculatoire, une éjaculation précoce ou retardée ? Le cas échéant sachez qu'il existe des solutions naturelles, innovantes, et accessibles sans prescription médicale pour aider à retrouver une vie sexuelle épanouie et harmonieuse.

Ces compléments alimentaires sont spécialement destinés à optimiser le dynamisme sexuel masculin. Avec sa composition naturelle, la solution VirilBlue va vous aider à booster votre niveau d'énergie, gagner en vitalité et retrouver tonus et ardeur.

ESSAYEZ LE PACK VIRILBLUE®
regain d'énergie + vitalité retrouvée

Voir les offres
Sans Prescription

VirilBlue® est en vente libre

Paiement Sécurisé

Vos données sont cryptées

Discrétion Garantie

Livraison rapide et discrète

Satisfait ou Remboursé

Alors pourquoi ne pas essayer ?